L'AZOOspermie

Témoignage d'un papa IAD

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Témoignage d'un papa IAD

Message  Invité le Jeu 22 Mar - 13:27

Voici le témoignage que j'avais mis sur un autre forum il y a 2 ans (j'ai précisé ou corrigé les ages) :

1990 : je rencontre ma future femme. Tout va assez vite (trop ?). Quelques semaines après, on sort ensemble, 4 mois plus tard elle emménage chez moi, un an après on annonce notre mariage. On a la même volonté de fonder « quelque chose », une famille, et on n’envisage pas la vie sans enfants. A ce sujet, arrêt de la pilule, esprit « on verra bien quand ça arrivera ». Mais ça n’arrive pas. Essais plus organisés (heu pas tip top les relations à jour programmé, m’enfin bon). Toujours rien. Rendez-vous chez son gynéco, on y va ensemble, c’est une affaire de couple, même si à ce moment là je suis à 1000 lieus d’imaginer ce qui va me tomber dessus. Il lui prescrit des examens (pénibles et douloureux, certains en ont parlé, comme l’hystérosalpingographie), et m’en prescrit aussi « vous comprenez, les problèmes peuvent venir autant de l’un que de l’autre ». OK, logique. On fait chacun nos examens, et on attend les résultats. Un soir, alors que les siens sont bons, on découvre les miens : azoospermie totale, autrement dit ils ont eu beau chercher, ils n’ont trouvé aucun spermatozoïde, même pas quelques uns frêles ou fatigués. Que dalle, le néant total. Ouch !!! C’est un peu le ciel qui me tombe sur la tête.

Petit aparté : la stérilité féminine est sans doute difficile à vivre, elle met en cause la notion de maternité, fortement ancrée que ce soit génétiquement ou socialement. Pour un homme, ça remet peut-être moins en jeu la notion de paternité que d’abord celle de virilité. Pas facile à accepter. D’autant qu’il s’y rajoute un autre fait : c’est beaucoup plus tabou !

Bref, j’encaisse, mal mais j’encaisse. On discute et on décide d’entrer dans l’action, pas question de se laisser aller au désespoir. On s’aime et veut des enfants ! Nouveau rendez-vous en urgence chez le gynéco, il me fait refaire de nouveaux examens de confirmation (même résultat) et nous expose les différentes options possibles. Le soir on discute et on passe en revue ce qui est envisageable :
1ère option : on arrête là, elle veut des enfants, je ne peux pas lui en donner, on se quitte et elle refait sa vie. Elle refuse net cette option.
2ème option : l’adoption, je ne la rejette pas mais pour des tas de raisons, je ne suis pas chaud.
3ème et dernière option : l’insémination avec donneur (IAD), pas facile à accepter l’irruption d’un tiers même anonyme, mais au moins ensuite tout raccroche normalement : envie d’enfants ensemble, grossesse « normale », accouchement, implication possible du papa tout au long du processus, etc.
La décision est vite prise : ce sera l’IAD. Là encore, on ne se lamente pas, on agit. Le reste, on gérera le moment venu.

Dès le lendemain on prend rendez-vous avec un éminent professeur vers lequel nous a dirigé le gynéco. C’était avant la loi sur la bioéthique de 2004. A l’époque c’était un peu plus souple. On passe donc par un autre organisme que le CECOS, avec des temps d’attente inférieurs, quelques mois suffisent. 1er essai, sans succès. Grosse déception. On met la pression sur le professeur pour engager une stimulation hormonale. 2ème essai, et dès que possible, test de grossesse : positif (on a encore la photo dans l’album de famille lol). 2ème test : toujours positif. On n’ose pas trop y croire, donc test complémentaire et confirmation de la grossesse. Waouh !!! Grand bonheur !!!

Quelques temps plus tard, 1ère échographie : oui on nous confirme qu’il y a bien un embryon, ha oui mais, attendez, non finalement il n’y en a pas un, mais deux. Des jumeaux !!! On sort de là et dans le hall de l’immeuble, on laisse exploser notre joie. Quelle revanche sur la vie !!!

Grossesse multiple très surveillée, fin de grossesse difficile avec risque sur la santé de la maman et des bébés, déclenchement à terme, et nous voilà avec 2 jolies filles. Nous sommes en février 1995. Il y a moins de 5 ans que nous nous sommes rencontrés. Bagarre avec l’hôpital car une des filles pèse moins de 2 kg, mais nous voulons nous battre pour nos enfants, et je ne peux pas aider ma femme autant que je le voudrais tant qu’elle est à l’hôpital où on l’envoie balader quand elle demande de l’aide. Au bout de plusieurs jours on signe donc une décharge et on sort. A peine arrivés à la maison, appel de la PMI déjà alertée. Je prend un mois de vacances et on se relaie jour et nuit. Et oui, des jumelles ce n’est pas de tout repos ! Le stérilisateur tourne à plein, le frigo est plein de biberons avec une étiquette au nom de chacune, nous nous croisons parfois en pleine nuit chacun avec un bébé dans les bras, nous allons régulièrement à la PMI où nous sommes très bien accueilli et où ils ont compris qu’ils pouvaient nous faire confiance. Et les bébés grandissent… elles ont aujourd’hui 17 ans…

Quelques années plus tard, ma femme me fait part de son envie d’avoir un autre enfant. J’avoue qu’au départ je ne suis pas chaud. D’une part les filles commencent juste à nous laisser souffler un peu et donc recommencer le rythme biberons – couches ça ne m’emballe qu’à moitié, d’autre part il faut recommencer le parcours du combattant, et ça remet au 1er plan mon problème de stérilité. Mais ce que femme veut… Entre temps, la loi sur la bioéthique a été votée, le parcours est plus long et plus difficile, les CECOS ont le monopole du traitement, il faut passer par un entretien avec une psy, puis devant un juge. Qu’à cela ne tienne, notre volonté est intacte, et en décembre 2000 naît notre 3ème enfant, un garçon. Que demander de plus à la vie ?

Concernant l’information des enfants, nous avons eu tout le temps d’y réfléchir, et d’en discuter avec les différents intervenants. Nous avions le choix de les informer ou de garder le secret. Il nous a paru normal de les informer des conditions de leur naissance. Sur certains conseils, nous l’avons fait quand nos filles étaient en âge de comprendre. Mais nous n’aurions pas été opposés à le faire plus tôt s’il y avait eu des questions car nous ne souhaitions pas qu’il y ait un secret de famille. De tête, je crois que nous avons du leur dire vers 10 ans. Pour notre fils, nous ne lui avons pas encore dit (9 ans ½ => 11 ans aujourd'hui) et pas sur que le contexte du divorce soit très propice, ça ferait beaucoup d’un coup. En même temps, je ne serais pas étonné qu’il soit déjà au courant, par ses sœurs ou d’autres membres de la famille, donc il ne faudra pas trop tarder et on aura peut-être des surprises.

Nous l’avons dit ensemble, de la façon la plus naturelle possible, avec des mots adaptés à leur âge. En leur disant que si elles avaient des questions, nous serions toujours prêts à y répondre. Le sujet est revenu quelques fois, puis moins ces dernières années, au point qu’on s’interrogeaient si elles n’avaient pas enfoui ça quelque part dans leur subconscient. Et puis, c’est drôle, l’une de nos filles a ressenti le besoin d’en reparler il y a juste quelques jours avec sa maman (c'était il y a 2 ans). Elle voulait tout savoir dans les détails sur la façon dont ça s’était fait. Mais en tout cas, elle n’avait rien oublié…

Quelques remarques supplémentaires pour finir.

Sur la perception de sa stérilité vs masculinité, j’ai eu 16 ans pour digérer. Aujourd’hui je suis convaincu qu’être un homme ne tient pas dans son slip, ni dans le fait de pisser le plus loin, mais bien plus dans le fait d’assumer ses décisions et de pouvoir se regarder dans la glace le matin. De ce point de vue là, je suis devenu d’une zénitude absolue lol. Et quand je vois le comportement de certains « hommes », je préfère au final ma vision des choses.

En ce qui concerne les enfants, ce sont MES enfants (enfin plutôt NOS enfants, mais donc AUSSI les miens). Et je souhaite bien du courage à qui voudrait me contester ce rôle paternel. Si certaines mères peuvent être des louves pour leurs enfants, moi je peux être un loup. Et un loup ça peut mordre ! :-D

Enfin, tout cela joue sans doute un rôle dans les conditions de notre divorce. Nous en avons parlé avec mon épouse. Nos enfants ont été conçus de façon assez particulière, il est de notre responsabilité de les protéger le mieux possible.

Merci pour celles et ceux qui ont eu le courage de tout lire jusqu’au bout.

Maintenant je vous laisse, le loup va faire la vaisselle

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  gridou1312 le Jeu 22 Mar - 13:52

Bonjour Arthur ton parcours est très encourageant merci

Et je suis dsl pour ton divorce cette situation n'est vraiment pas facile à gérer pour vous et surtout pour les enfants je parle en connaissance de cause je suis fille de parent divorcé Rolling Eyes j'avais 10 ans presque comme ton fils

Je te souhaite bon courage et encore merci de ton témoignage
avatar
gridou1312

Age : 34
Date d'inscription : 07/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  Invité le Jeu 22 Mar - 14:40

Merci à toi.

Oui le divorce est quelque chose de difficile, mais voilà, ça fait partie de la vie et il faut y faire face. Ce qui est important c'est que nous ne sommes pas du tout en guerre, nous conservons de très bonnes relations et sommes tous les deux impliqués auprès des enfants. Cela fait 2 ans que la décision a été prise et 1 an que c'est effectif, on commence à trouver vraiment notre rythme.

Mais je ne suis pas ici pour pleurer sur mon divorce, mais au contraire pour apporter un témoignage positif (j'espère) et d'espoir dans la situation difficile que vous traversez.

Et quand je regarde mes 3 enfants et l'amour que je lis dans leurs yeux, je vous assure qu'il y a des raisons de rester optimistes Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  9mois&desbrouettes le Jeu 22 Mar - 14:52

La biopsie de mon mari a été positive, du coup, je me sens un peu moins concernée par le don. Mais nous y avons été fortement confronté il y a peu. Nous avons été jusqu'à nous inscrire au CECOS avant la biopsie.
Et je suis confrontée à ce sujet puisque pour des raisons beaucoup moins glorieuses, mon père n'est pas mon père biologique.

Et je voulais juste te dire que je trouve ça vraiment géant d'avoir eu la patience et l'envie de témoigner.
Merci mille fois.
avatar
9mois&desbrouettes

Age : 37
Localisation : Paris
Date d'inscription : 11/01/2012

http://amourinvitro.blogspot.fr/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  mick68 le Jeu 22 Mar - 15:43

Merci pour ton temoignage, ça me rassure pour l'avenir.

Je suis egalement un homme qui a decouvert sa sterilité, mais pour moi c'etait il y a deux ans seulement. Tres difficile a digerer....

Desolé pour ton divorce, mais le principal c'est que vous vivez heureux avec vos enfants
avatar
mick68

Age : 39
Localisation : Haut-rhin 68
Date d'inscription : 07/02/2012

http://infertilite-et-nous.purforum.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  Invité le Jeu 22 Mar - 16:09

Merci à vous.

Oui j'ai vu qu'il n'y avait pas beaucoup d'hommes sur le forum. Difficile de dépasser la honte et la culpabilité qui nous atteignent au début. Mais en faisant face, en agissant, en s'impliquant dans les démarches et les décisions, en étant solidaire avec notre compagne, il y a au contraire de quoi être fier. Et quand un bébé arrive, on peut encore s'impliquer, participer à la grossesse, à l'accouchement, aux soins du bébé, à l'éducation de l'enfant, etc. Au final, c'est très valorisant et ça renforce les liens (à la fois au sein du couple et envers les enfants). Il y a tellement de gens qui ont des enfants sans vraiment les désirer, ou qui ne s'en occupent pas, que nous n'avons vraiment pas de raison d'avoir honte Wink

C'est un combat difficile, mais un combat magnifique à mener : celui de la vie et de l'amour Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  mick68 le Jeu 22 Mar - 16:19

C'est vrai que c'est un combat difficile avec beaucoup d'obstacles.. mais voila ma femme et moi sommes arrivée au bout, nous sommes en cours d'Insemination.

Rien que le combat de la honte, de croire que nous sommes pas un homme, ce combat a ete pour moi le plus dur, mentalement je suis pas completement libere, je n'arrive pas encore en parler avec ma famille et ma belle famille... je laisse du temps et j'y arriverai
avatar
mick68

Age : 39
Localisation : Haut-rhin 68
Date d'inscription : 07/02/2012

http://infertilite-et-nous.purforum.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  TYCOEUR le Jeu 22 Mar - 17:03

Merci beaucoup Arthur ôur ton temoignage , je n'ai pas pu m'empeché de versé une voire deux larmes,ca nous projette dans l'avenir d'une manière positive...
Merci encore et bon courage pour la suite

TYCOEUR

Age : 32
Localisation : RENNES
Date d'inscription : 31/05/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  annmy le Jeu 22 Mar - 19:30

bonjour arthur et merci pour ce témoignage très enrichissant...

c'est vraiment rare de lire ce genre de témoignage... donc encore merci...

pour ma part, nous sommes à la 2è iad...

_________________
Moi (opk) : 36 ans Zhom (azoospermie : délétion Y zoneA) : 40 ans
avril 2009 : mariage et début des essais bb
Mai 2010 : découverte de l'azoospermie
Janvier 2012 à avril 2013 : 6 IAD négatives
FIV-ICSI-D 1 : Sept. 2013 : transfert d'un blasto  : ++ grossesse gémellaire arrêtée à 11SA ; aspiration le 9 nov.
TEV1 : mars 2014 : transfert d'un blasto : ++ mais FC à 4 SG
22 avril 2014 : pds pour caryotype pour FC à répétition
25 juillet 2014 : cœlioscopie + drilling ovarien + hystéroscopie
TEV2 : sept. 2014 : transfert d'un blasto : négatif
TEV3 : nov. 2014 : transfert 2 blasto : négatif 
FIV-ICSI-D 2 : fév. 2015 :  zéro blasto, pas de transfert !
FIV-ICSI-D 2 bis :
avril 2015 : zéro blasto, zéro transfert !
FIV-ICSI-D2 ter : 
juillet 2015 : zéro embryon !
Accueil embryon : juillet 2016 : TEC1 : taux à 22 puis 23 Sad
Accueil embryon : février 2017 : TEC 2 : nég. FIN
Blog ici
avatar
annmy

Age : 36
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 28/07/2010

https://nousetunmininous.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  Espoir44 le Jeu 22 Mar - 20:57

bonjour Arthur,

homme également,.. azo totale egalement... en debut de marathon.. mais la lecture de ton message est un souffle d'espoir dans notre avenir.
cdt
avatar
Espoir44

Age : 32
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 06/02/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  Invité le Jeu 22 Mar - 23:13

Je croise les doigts pour vous et vous souhaite que ça marche Wink

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  zazou le Ven 23 Mar - 13:59

merci arthur pour ce temoignage, c'est interessant de connaitre le ressenti de ce parcours quelques années après; ca redonne un peu d'espoir...
avatar
zazou

Age : 35
Localisation : strasbourg
Date d'inscription : 17/04/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  Invité le Ven 23 Mar - 23:43

merci pour ce témoignage plein d'espoir et d'amour. Désolé pour ton divorce je comprend comme d'autre par mon parcours d'enfant de divorcé, mais tu vois tu as compris le principal tu protège tes enfants moi j'ai eu un père biologique (son petit nom le géniteur) qui ne nous a pas protégé. Tout ça pour dire que la génétique ne fait pas tout, aujourd'hui même si j'ai été conçu naturellement j'ai un géniteur et un papa qui m'a appris la vie.

Merci encore pour ton témoignage

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  Invité le Sam 24 Mar - 19:42

Bonjour et merci pour vos commentaires.

elfy a écrit:mais tu vois tu as compris le principal tu protège tes enfants moi j'ai eu un père biologique (son petit nom le géniteur) qui ne nous a pas protégé. Tout ça pour dire que la génétique ne fait pas tout, aujourd'hui même si j'ai été conçu naturellement j'ai un géniteur et un papa qui m'a appris la vie.

Je souligne ce passage car ça me semble important dans le cadre de ce forum : non la génétique ne fait pas tout, et être père ne se résume pas à quelques spermatozoïdes.

Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Témoignage d'un papa IAD

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum