L'AZOOspermie

Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Message  Fab31 le Ven 16 Sep - 22:56

Bonjour tout le monde,

Sur les conseils de ma femme Smile, je prends l'initiative de témoigner. Apparemment, peu d'hommes le font.

Je ne sais pas si cela vous aidera (hommes, femmes) mais ça ne peut pas faire de mal.

Un an et demi après avoir décidé de faire un enfant, ma femme et moi avons contacté un centre de PMA. Elle était persuadée que le problème venait d'elle, elle pensait être OPK.

Nous faisons donc tous les examens demandés par la suite notamment un spermogramme pour moi. Je ne m'attendais vraiment pas à un résultat négatif. Aucun problème de stérilité dans ma famille, rien physiquement ne pouvait démontrer une quelconque anomalie.

Et pourtant, 2 jours après avoir effectué le spermogramme, je rentrais du travail, j'étais en voiture. Je reçois un appel d'un numéro inconnu, je m'arrête, je décroche et puis : "Nous sommes désolés mais nous n'avons trouvé aucun spermatozoïde, c'est très rare. Ne vous inquiétez pas on va en faire un deuxième. Vous avez rendez-vous avec un andrologue dans 15 jours".

Première pensée : "Ah mer.., c'est pas possible, il y a une erreur, ils se sont plantés..."

Tout au long du trajet, après cette nouvelle, je ne souhaitais qu'une chose : le dire le plus vite possible à ma femme. Et puis en tête, cette autre pensée : "en fait ça ne venait pas d'elle, on cherche du mauvais côté".

J'arrive à la maison, ma femme était sur le canapé, devant la télé. Et là par stress, peur ou je ne sais quoi, je lui annonce en m'y prenant franchement très mal (ce qu'elle m'a reproché par la suite d'ailleurs et elle avait raison).

Je passe la porte et je lui dis : " Bon ben le problème ne vient pas de toi, j'ai aucun spermatozoïde."

Bon j'avoue, pas très délicat, je le regrette maintenant. Ma femme resta sans bouger et sans parler pendant presque une demi-heure. Ah j'oubliais : ma femme rêve de fonder une famille depuis toujours, les enfants pour elle c'est primordial. Elle ne pouvait pas imaginer sa vie sans enfant, donc je savais que ce jour là, j'allais la détruire...

Ne voyant aucune réaction, je m'avance et la première question qui me vient à l'esprit : "tu vas me quitter ?" Elle a pas trop apprécié non plus...
Elle n'a pas répondu et s'est mise à pleurer, pleurer et encore pleurer... Je ne comprenais pas sa réaction, je lui disais qu'on ne savait pas si c'était définitif, peut être que ce n'était rien de grave mais par intuition féminine peut-être, elle avait compris que ce n'était que le début d'un long parcours.

Elle se met à faire des recherches, beaucoup, à amasser des tas d'informations, à consulter des forums. Pas moi. J'attendais de voir l'andrologue, de faire d'autres examens, je n'étais pas spécialement inquiet, ce n'est pas ma nature. En attendant, la vie continue, je ne veux pas me projeter.

Je n'ai pas pu la toucher pendant trois semaines, j'avais toujours envie d'elle mais pour elle c'était plus compliqué. Cela faisait presque deux ans que nous faisions l'amour avec un beau projet en tête.

Je ne connaissais rien à la PMA. C'est un sujet que je n'avais jamais abordé avec qui que ce soit. Je pensais qu'en cas de stérilité d'un des deux partenaires, la seule solution était l'adoption mais elle me parle du don de sperme... Et là j'ai le déclic, je me rappelle lui avoir dit : "si après tous les examens, on ne peut rien faire, je choisis le don de sperme."

Elle a du mal à accepter cette idée, elle est plutôt pour l'adoption, elle a peur d'un déséquilibre familial (elle, mère biologique, moi pas de lien génétique...). L'idée de recevoir dans son corps le sperme d'un autre homme la dégoûte même.

Les rendez-vous, les examens se suivent et toujours les mêmes phrases : tout est normal, nous n'avons pas d'explication, azoospermie sécrétoire idiopathique.
Nous pesons le pour et le contre d'une biopsie testiculaire et nous choisissons tous les deux de ne pas la faire (1% de chance).

Nous voulons aller vite et nous demandons à commencer la procédure d'insémination avec donneur de sperme. Elle a eu le temps de se faire à l'idée, elle n'a aucun souci, les médecins parlent même de la candidate idéale pour ce genre de protocole.

Pour moi une chose est sûre :  je veux que ma femme soit enceinte, je veux la voir grossir, je veux qu'elle soit chi.... à cause des hormones. J'aurais l'impression d'avoir "râté" quelque chose dans ma vie d'homme si je ne vivais pas tout ça.
Et puis je ne pouvais pas la priver de vivre une grossesse même si pour elle, ce n'est pas le plus important, elle veut un enfant c'est tout et avec moi surtout.

Quand nous avons fait ce choix, nous ne savions pas que le délai d'attente était de 12 mois, là j'ai eu du mal à avaler la nouvelle, elle aussi d'ailleurs. Nous enchainons les rendez-vous, les examens pour elle (douloureux parfois) et finalement ça passe assez vite. J'ai eu un sentiment de culpabilité durant cette période, le problème venait de moi, alors pourquoi c'était elle qui devait subir tout ça ?

On a eu des moments difficiles. Elle ne comprenait pas que j'accepte aussi facilement la situation, elle pensait que j'aurais le contre coup, que ça allait exploser et pourtant rien... J'ai fait le deuil d'une paternité biologique très rapidement. Je veux un enfant avec ou sans mes chromosomes, ça m'est égal. Elle a eu plus de mal à accepter la situation, elle avait un sentiment d'injustice immense, que j'ai eu moi aussi mais ça m'a vite passé. Elle voulait que l'enfant ait mon nez, qu'il soit grand comme moi... Moi je m'en fichais, je voulais qu'il vienne d'elle, qu'il ait ses cheveux, ses yeux...

Je suis quelqu'un qui parle facilement et qui se confie facilement, j'ai donc dis à ma famille, mes amis et collègues ce qui m'arrivait. Je n'avais pas honte, ma femme ne m'a jamais fait penser que j'étais plus un homme pour elle. Elle m'a tout de suite rassuré sur ce point. On en plaisante pas mal maintenant, j'ai beaucoup d'autodérision, ça aide. J'avais juste peur du jugement des autres, surtout de mes potes et puis en fait ils ont tous bien réagi. Voyant que je le vivais plutôt bien et que j'en plaisantais, ça les a mis de suite à l'aise et ça n'a rien changé à notre amitié.

Aujourd'hui nous en sommes à deux tentatives d'IAD négatives. Je sais que ça marchera mais elle a plus de mal à positiver. C'est moi l'optimiste du couple, elle, elle est plutôt rationnelle, réaliste, très terre à terre.

A chaque protocole, je l'accompagne aux rendez-vous (sauf quelques fois où mon travail m'en empêche), je lui fais les piqures de stimulation. Je viens aux inséminations (obligatoires) et je rentre dans la salle, j'assiste à tout, je lui parle, je fais rire les infirmières et elle surtout. Je suis à fond, j'encourage les spermatozoïdes quand on lui injecte... Cool

Le plus dur pour moi, c'est le après, les 15 jours - 3 semaines d'attente, j'essaie de ne pas y penser mais je ne peux m'en empêcher. La déception est là sur le moment puis dans l'heure qui suit, c'est reparti, j'y crois de nouveau. Plus de tentatives nous faisons, plus de chances de réussite nous avons. C'est plus dur pour elle, elle a des symptômes, elle sait pas trop ce que ça veut dire, elle y croit un jour puis l'autre non...

Nous le dirons à l'enfant, ça aussi je l'ai décidé très vite et elle est d'accord. Pas de secret.

Si j'avais un conseil à donner aux hommes qui viennent de découvrir leur infertilité ou leur stérilité : ne vous renfermez pas, vous n'êtes pas seuls, beaucoup d'hommes sont dans le même cas que vous, je l'ai appris tout au long de notre parcours. La paternité n'est pas biologique, j'en suis certain maintenant. J'aimerais cet enfant de la même manière que si nous avions pu le concevoir "naturellement". N'ayez pas honte, vous êtes normaux ! Laughing Vous avez un problème de santé, invisible et sans symptôme certes, mais ce n'est pas votre faute et à ceux qui vous jugeront et bien qu'ils aillent se faire ...... Twisted Evil
Soyez à fond avec votre femme, soutenez la car c'est elle qui subit physiquement le plus dur. Parlez-en avec elle, écoutez là et votre couple ne s'écroulera pas.

Je ne vous dis pas que je n'ai pas peur du "après" : l'adolescence, la fameuse phrase "de toute façon tu n'es pas mon vrai père" mais bon on verra sur le moment, chaque chose en son temps.
Dès que nous aurons un enfant, car oui nous en aurons un, ma priorité ce sera lui et rien d'autre. Je veux être un père 100% présent. Ce n'est pas ma stérilité et les difficultés qui me font dire ça. J'ai eu la chance d'avoir de supers parents et j'ai une relation formidable avec mon père, nous avons les mêmes passions, on s'entend super bien. Mes parents ont toujours été là pour moi.

A mon tour maintenant.

Fab31

Date d'inscription : 16/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Message  annmy le Sam 17 Sep - 11:33

Merci pour ton témoignage 

Bienvenue ici

On croirait reconnaître notre couple dans certaines de tes phrases 

J'espère que bientôt ce sera votre tour..

_________________
Moi (opk) : 36 ans Zhom (azoospermie : délétion Y zoneA) : 40 ans
avril 2009 : mariage et début des essais bb
Mai 2010 : découverte de l'azoospermie
Janvier 2012 à avril 2013 : 6 IAD négatives
FIV-ICSI-D 1 : Sept. 2013 : transfert d'un blasto  : ++ grossesse gémellaire arrêtée à 11SA ; aspiration le 9 nov.
TEV1 : mars 2014 : transfert d'un blasto : ++ mais FC à 4 SG
22 avril 2014 : pds pour caryotype pour FC à répétition
25 juillet 2014 : cœlioscopie + drilling ovarien + hystéroscopie
TEV2 : sept. 2014 : transfert d'un blasto : négatif
TEV3 : nov. 2014 : transfert 2 blasto : négatif 
FIV-ICSI-D 2 : fév. 2015 :  zéro blasto, pas de transfert !
FIV-ICSI-D 2 bis :
avril 2015 : zéro blasto, zéro transfert !
FIV-ICSI-D2 ter : 
juillet 2015 : zéro embryon !
Accueil embryon : juillet 2016 : TEC1 : taux à 22 puis 23 Sad
Accueil embryon : février 2017 : TEC 2 : nég. FIN
Blog ici
avatar
annmy

Age : 36
Localisation : Lorraine
Date d'inscription : 28/07/2010

https://nousetunmininous.wordpress.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Message  gridoune le Sam 17 Sep - 19:17

Que d'émotions en lisant ton témoignage. Nous aussi je nous reconnais pas mal. Et j'ai l'impression de me voir dans les réactions de ta femme.
Je vous souhaite un petit bonheur très prochainement...

gridoune

Localisation : Pas-de-Calais
Date d'inscription : 14/09/2012

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Message  Fab31 le Dim 18 Sep - 10:23

Merci à toutes les 2 pour vos encouragements. Vos parcours redonnent espoir, surtout à ma femme Very Happy
Nous vous tiendrons au courant pour la troisième IAD. croise les doigts

Fab31

Date d'inscription : 16/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Message  MARION le Lun 19 Sep - 11:54

Bonjour, merci pour ton témoignage .
Petite question : est - tu fils unique ?
Je demande ça car tu as l'air de bien t'entendre avec tes parents , avec mon mari nous avons eu notre fils il y a 4 ans suite a une iad , mais depuis on essaie en vain d’agrandir la famille ; je n'ai jamais voulu un fils unique ; c'est dur .
avatar
MARION

Age : 33
Localisation : NORD
Date d'inscription : 10/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Message  Fab31 le Lun 19 Sep - 18:54

Oui je suis fils unique, mes parents ce sont très bien occupé de moi et donc n'est pas souffert d'un manque de frère ou soeur, je pense que si on choisit de faire 1 enfant il faut ce dire qu'il faut être avec lui et s'occuper de lui dès son temps libre, un choix qui moi plus tard ne me gênerait pas je pense, même si je préfèrerai en avoir 2 par la suite.

Fab31

Date d'inscription : 16/09/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Message  Jess le Lun 26 Sep - 16:38

Bonjour Fab, et, comme je l'ai écrit à ta chère et tendre, désolée de vous voir ici tous les deux...

Bon tu m'as fait pleurer avec ton témoignage, j'y ai retrouvé beaucoup de similitudes avec ce que mon mari et moi avons ressenti... J'ai longuement répondu sur le post de présentation de Prisci, je réitère ici l'essentiel : ce forum m'a sauvée quand le ciel nous est tombé sur la tête en août 2011, tu trouveras ici soutien et écoute, et surtout compréhension... Bises
avatar
Jess

Date d'inscription : 09/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Message  clcoeuru le Jeu 20 Oct - 12:13

Bonjour Fab,

Merci pour ce témoignage très émouvant. Nous venons d'apprendre la nouvelle pour mon mari il y a quelques jours et c'est vrai que notre petit monde c'est écroulé en quelques instants.
Nous sommes dans l'incertitude la plus complète sur la procédure et l’irréversibilité ou non de ce diagnostique.

J'espère sincèrement que vous obtiendrez un ++ rapidement.

clcoeuru

Age : 31
Localisation : LOIR ET CHER
Date d'inscription : 20/10/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Un homme diagnostiqué azoospermie témoigne

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum